Actualités

Réunion de préparation de l’échange Words Matter

Publié le Mis à jour le

words matter

En juillet, Hors-Pistes aura le plaisir d’accueillir une quarantaine de jeunes en provenance de Croatie, de Tunisie, d’Egypte, de Géorgie, d’Italie et de France! Les jeunes se réuniront à Vaunières, dans les Alpes, dans le cadre de l’échange interculturel « Words Matter » et participeront à des activités autour de la thématique de la communication non violente et des réseaux sociaux.

Pour préparer au mieux cet échange interculturel, l’équipe de Hors-Pistes à accueilli, ce weekend, les Youth Leaders des différents groupes et ensemble nous avons parlé du logement, du programme, du profil des participants,  de l’organisation des soirées interculturelles… ou encore des activités qui vont être organisées durant l’échange ! Samedi, nous nous sommes également rendus au « Village des Jeunes » à Vaunières pour permettre aux Youth Leaders de découvrir le lieu où prendra place l’échange.

Maintenant, il nous reste un mois pour peaufiner les activités et proposer un échange inoubliable! Pour la suite des aventures, rendez-vous en juillet!

Vous souhaitez participer? Il y a actuellement 5 places disponibles pour des jeunes résidents en France! Si vous êtes intéressés par des rencontres interculturelles et la thématique de la communication, vous avez entre 18 et 25 ans et vous parlez un peu d’anglais, n’hésitez pas à lire la fiche d’information et  nous contacter ou venir nous rencontrer dans nos bureaux. Le projet est financé par Erasmus+ et pour participer il faut juste être adhérents de l’association (5 euros)!

Publicités

Ateliers de déblocage en anglais

Publié le Mis à jour le

Ateliers de déblocage en anglais

Vous désirez effectuer une mobilité mais vous ne vous sentez pas vraiment à l’aise avec l’anglais ? Hors-Pistes a une solution ! Dorénavant, l’association propose des ateliers de déblocage en anglais. Les prochains auront lieu le :

  • Mardi 23 mai de 16h à 17h30
  • Mercredi 7 juin de 16h à 17h30
  • Mercredi 21 juin d 17h à 18h30

Ces ateliers prendront la forme d’activités ludiques et participative qui seront animées par les volontaires de l’association.

Si vous êtes intéressés, indiquez nous vos disponibilités (vous pouvez participer à plusieurs ateliers) : doodle!

 

atelier anglais

Concours de logo Hors Pistes!

Publié le

Pistes Solidaires Méditerranée change de nom, et devient… Hors Pistes !

A l’occasion de ce changement de nom, nous lançons un concours de logo

Ce concours est important pour l’équipe de Hors Pistes, car il marque la bienvenue à ce nouveau nom, et donne l’occasion aux adhérents, amis ou « followers » de l’association de s’impliquer vraiment dans le cœur du projet.

Le grand vainqueur du concours gagnera une place pour une mobilité de court terme avec l’association (participation à un échange interculturel ou une formation en Europe ou en Méditerranée en 2017)… pour lui, ou pour offrir à un ami !

Alors, mobilisez toute votre imagination, on attend vos propositions avec impatience!

Le logo doit correspondre au cahier des charges, disponible en cliquant ici!

concours logo post

 

 

Discover Learning Zone Project!

Publié le Mis à jour le

We are happy to introduce you the new project called LEARNING ZONE coordinated by our partner organisation from Spain, Cazalla Intercultural:

LogoLZ

 

This project aims at giving an aswer to needs developed in the current migration context.

Newly-arrived migrants and refugees seeking to adapt as soon as possible to the host country usually follow language courses for foreigners, taught by educators, teachers or volunteers. We believe that these classes are the perfect place to introduce non-formal methodologies and key learning competences through lifelong learning.

The aim of the project is to develop an didactic strategy to support the acquisition of key competences in newly-arrived migrants and refugees, to facilitate their inclusion to the host society.

OBJECTIVES

1. Integrate the tools of non-formal education with an empirical approach in the Educational Curriculum of Adult Education Centres with migrant and / or recent refugees learners.

3. Understand the educational needs of migrants and recent refugees in order to give them a response within the existing adult educational institutions.

2. Develop a Massive Open Online Course (MOOC) for teachers, guiding them through improving the necessary skills for facilitating the inclusion of newly-arrived migrants and refugees in the host society.

15036208_10157694564560092_5609795025348523967_n

METHODOLOGY

The methodology of the MOOC development is based on the combination of  various resources:

  • research of needs and context of immigrant students and language teachers,
  • combination of formal  and non-formal approach to develop transversal competences,
  • cross-sectoral cooperation between non-profit organizations and centers dedicated to adult education,

The strategic outcomes are: development of skills of educators, trainers and students; and cooperation of local and national networks, giving a more tailored response to the needs of learning of immigrants and refugees.

Tangible results will be: a didactic guide and a MOOC online, both aimed at introducing in the classroom approaches and methodologies of non-formal education to facilitate the adaptation of newly arrived migrants or refugee  in the host country.

14670705_10157589326335092_1512921525360272985_n

Print

Project coordinator :

Imprimir

6 mois en Marseille

Publié le Mis à jour le

banniere temoignages

Hey Hey!

Je m’appelle Popescu Andrei, mais, mes amis m’appellent “Pippo”. J’ai 25 ans, je suis roumain,  je viens de Baia Mare en  Roumanie. J’ai fini mes études en tourisme à Cluj Napoca, et après j’ai travaillé durant 1 ans dans une agence de voyage. Après 1 an de travail je n’appréciais plus mon  travail et je voulais échapper à ma zone de confort. Donc un jour j’ai vu un post sur Facebook avec un programme S.V.E qui s’appelait “MOVEuro 2016”. Il se déroulait à Marseille, donc j’ai postulé immédiatement.

Après avoir été sélectionné j’ai quitté mon job et l’aventure a commencé.

Le programme était de 6 mois et pendant ce temps j’ai fait beaucoup de choses. Tout d’abord, je travaillais dans un centre social avec des enfants entre 2 et 9 ans, mais aussi avec des adultes.

Avec les petits enfants j’ai fait beaucoup d’activités interactives comme des activités sportives dans la cours, du dessin, des jeux sociaux, de la danse, de la peinture, du jardinage et des cours d’anglais.  Nous sommes également sorti beaucoup pendant l’été : à la plage, au cinéma, dans les  musés, et au parc. Pour les adultes j’étais un professeur d’informatique. Je leur ai appris comment utiliser l’ordinateur et comment utiliser internet

D’autre part, j’ai fait partie d’une équipe de volontaires en provenance de deux associations. L’équipe était composée de 8 volontaires: 4 de l’association Pistes Solidaires Méditerranée et 4 de l’association Eurocircle. Ensemble nous avons  participé à de nombreux évènements en tant que bénévoles au cours de ces 6 mois (Fête de l’Europe, Euro 2016 – Fan Zone, Delta festival, Les 20 ans du SVE, etc).

Mais la meilleure partie de l’expérience  était que j’ai eu le mois d’août libre et j’ai donc pu voyager beaucoup (Bordeaux, Paris, Nice, Saint Tropez, Arles, Sommières, Hyères) et  rencontrer d’autres personnes de partout dans le monde.

J’ai apprécié chaque jour de mon S.V.E et je pense que chaque jeune devrait en faire un.

C’est pour ça que je suis retourné en France pour faire un Service Civique chez Pistes Solidaires Méditerranée.

Merci S.V.E!. 😀

14012605_1468299279863747_2031778105_o

La « semaine des langues », mais pas que!

Publié le Mis à jour le

banniere temoignages

Lundi 21 Novembre. Nous sommes partis pour Toulon, où, dans le cadre de la « Semaine des langues », nous avons animé une sensibilisation linguistique dans le collège « La Marquisanne ».

Le but de cet événement était de proposer un petit « break » aux élèves par un moment d’apprentissage non formel, autour des langues et des cultures étrangères et, d’un point de vue plus «  sérieux », de leur transmettre le sentiment que leur apprentissage est fort utile, enrichissant et stimulant.

Nous avons donc créé des présentations Power Point, concernant notre langue et culture, et nous sommes partis.

L’équipe

Je m’appelle Valerio, je viens de Cassino, un petit village du centre d’Italie situé entre Rome et Naples. J’ai fait des études de langue française (médiation linguistique et interculturelle). Venir en France était donc pour moi motivant pour renforcer ma maîtrise de la langue. J’ai d’ailleurs enseigné la langue et la culture italienne dans un lycée de Lille lorsque j’étais en Erasmus dans cette ville en 2014, j’avais déjà une connaissance suffisante du français et une certaine aisance à passer d’une langue à l’autre dans des contextes assez variés. Actuellement, je suis en service civique auprès de Pistes Solidaires Méditerranée, j’aide à gérer les projets SVE (Service Volontariat Européen).

Vicky vient d’Athènes, elle fait aussi son service civique à PSM, mais dans le pôle des Echanges Interculturels et Formations. En même temps, elle est encore étudiante de Mathématiques Appliquées et Physique. Avant de venir à Marseille, elle faisait des boulots divers, dont donner des cours particuliers en Maths et Physiques aux élèves du lycée et du collège.

Josephina vient de Dresde. Elle est venue à Marseille en Volontariat Écologique Franco-Allemand, elle souhaitait faire quelque chose de différent avant de s’inscrire à l’université dans une ville qui lui paraissait bien vivante au niveau culturel. Elle fait son volontariat avec l’association Eurocircle, qui s’occupe aussi de projets de mobilité internationale des jeunes, de l’interculturel et de projets divers sur l’immigration et l’environnement.

Adriana vient de Tarija, un village de Bolivie, mais ça faisait deux ans qu’elle vivait à Barcelone avant de venir à Marseille en SVE, où elle fait un volontariat avec l’association Cosmos Kolej / La Gare Franche, dans un quartier nord de la ville. Elle participe à un projet de développement territorial, en s’occupant notamment de la communication et des relations avec les voisins du quartier Plan d’Aou et de Saint Antoine qui font partie du jardinage partagé et d’autres événements et ateliers. Elle s’occupe aussi de la relation entre les voisins et les artistes.

Les profs

Nous avons débarqué à Toulon au sein du collège, et la directrice nous a présenté aux professeurs, notamment à ceux et celles qui enseignaient nos langues maternelles.  Le prof. d’italien, Guglielmo De Michely, était un homme très tranquille d’une quarantaine d’années. Pendant nos pauses, on traînait dans la salle des profs. C’était très intéressant d’échanger avec des gens plus âgées. Il y avait une atmosphère spéciale dans la salle : certains avaient l’air assez stressé, mais ils profitaient des pauses pour rigoler entre eux et parler de n’importe quoi. Quelque uns en particulier avaient un air très intéressant, et j’en ai donc profité pour les connaître.

J’ai été, par exemple, particulièrement frappé par la prof. de sport, qui enseigne là-bas depuis longtemps et qui m’a avoué ne plus pouvoir enseigner ailleurs, tant elle s’était attachée à ses élèves, même aux  plus « difficiles à gérer ».

Les élèves

On a eu entre 4 et 5 classes par jour, et 55 minutes pour présenter nos ateliers à l’aide des professeurs. Les élèves avaient entre 11 et 16 ans, soit de la sixième à la troisième.

J’ai encore le souvenir de la toute première classe. Les élèves n’étaient pas nombreux, mais très animés tout de même. C’était un « savoir faire » pas du tout évident d’attirer leur attention et de les motiver à suivre l’atelier, surtout avec les élèves les plus évidemment désintéressés ou vivaces. Mais cela a été beau de remarquer que parfois on pouvait y arriver même avec ceux-là, en apprenant comment faire à fur et à mesure qu’on les connatumblr_inline_ohxar3erh81tf5fhu_500issait. Parfois il s’agit tout simplement, à mon avis, de se rendre compte que si des jeunes de cet âge ne sont pas intéressés par ce qu’on leur propose dans le milieu scolaire, cela ne veut pas forcement dire qu’ils sont totalement insensibles. Je trouve que c’est même légitime qu’il y ait certaines choses qu’ils ne trouvent pas si intéressant comme on s’attendrait. Parfois cela peut-être même signe de personnalité et d’esprit critique.

Ainsi, bien conscient que tout ce que j’allais proposer ne serait pas si formidable à priori (même être critique par rapport à soi-même, je trouve qu’il s’agit de quelque chose pas si évident non plus), j’ai cherché à chaque fois de comprendre ce qui pouvait les intéresser, sans trop m’éloigner du sujet de l’atelier. Et bien, cela a souvent marché.

Mon atelier

J’ai sélectionné certains contenus pour ma présentation power point pour qu’il soit accessible à tout le monde en termes d’âge et de pré-requis, que cela ne soit pas trop lourd mais qu’il puisse apporter quelques connaissances de plus en même temps.

Ainsi, il y avait une petite partie géographique concernant les frontières, les régions et les principales villes italiennes. Ensuite, une partie photo où il fallait deviner à chaque fois comment s’appelle et où se situe tel ou tel monument (le Colisée de Rome, la Tour de Pise, mais même, par exemple, le Vulcan Etna de Sicile), ce qui donnait aussi l’occasion d’en tirer un peu d’histoire.

De même que pour de grandes personnalités italiennes (Leonard da Vinci, Dante Alighieri etc..), et des plats (Pizza, Spaghetti, Parmesan, Tiramisu…). Je trouve que les «clichés » sont un bon point de départ, pour ensuite ouvrir à des connaissances plus larges.

D’un point de vue plus linguistique, j’ai proposé une partie dédiée aux bases de la conversation italienne (et, en même temps, aux règles de prononciation, intonation et accentuation), et au vocabulaire. Dans cette dernière partie, je les ai fait jouer surtout avec les « faux amis », ces mots italiens et français qui se ressemblent (et qui sont parfois tout à fait pareils) mais qui ont des significations différentes, parfois même opposées. Histoire de leur apprendre à ne pas garder tout le temps leur propre langue comme point de référence et comparaison continue dans l’apprentissage d’une autre langue, bien que proche.

Pour cerner les activités en mode plus « relax », j’ai lancé une chanson italienne assez connue à l’étranger pour des questions aussi bien historiques que de culture populaire : « Bella Ciao », le chant des partisans, les résistants italiens sous le régime fasciste pendant la deuxième guerre mondiale. Beaucoup d’élèves la connaissaient et ont bien montré qu’ils l’aimaient, j’imagine grâce à  son côté à la fois  mélodieux, bien rythmé et simple. J’ai projeté, en même temps, les paroles de la chanson, dont j’avais cependant supprimé des mots, qu’ils devaient retrouver à l’aide de l’écoute.

Quelques anecdotes

Beaucoup de garçons avaient une connaissance « indirecte » de la toponymie italienne sur la base de leurs connaissances d’équipes de foot italiennes. Cependant, parfois ça les mettait dans l’erreur en leur faisant croire que «Juventus» et «Florentine» sont des villes (alors que ce sont les noms respectivement de l’équipe de Turin et de celle de Florence). Quant aux frontières italiennes, sauf en ce qui concerne la France et parfois la Suisse, peu de monde devinait aussi l’Autriche et la Slovénie (qui d’ailleurs sont des pays très peu médiatisés), tout en étant par contre convaincus que l’Allemagne était un pays voisin.

Beaucoup d’entre eux connaissaient le Colisée grâce au film «Le Gladiateur», qui a été effectivement un gros film « culte » du cinéma. D’autres ont par contre fait confusion avec «300», qui concernait  Sparte, Athènes et l’Empire Persan. Cela a été donc l’occasion pour faire quelques remarques d’histoire, notamment autour de la figure si littéraire, à la fois dramatiques et passionnée, de ces esclaves qui se battaient contre des bêtes farouches pour être affranchis.

Concernant la partie gastronomique, je donnais parfois des indices pour deviner les noms des plats et des aliments, comme la première lettre. Dans le cas d’un fromage italien que normalement on râpe sur les pâtes, c’était évidemment le P (parmesan), mais une petite fille a répondu «Président».

Une expérience fort enrichissante

 J’ai été sincèrement content de m’être impliqué sur cet événement. Je crois qu’on arrive à un âge (mais c’est peut-être un problème qui va au-delà) où on ne ressent pas trop le besoin d’échanger avec des gens beaucoup plus jeunes ou âgés. Personnellement, je trouve qu’il est  intéressant, beau et même utile de le faire, parce qu’on peut beaucoup apprendre des différentes visions que les individus ont en fonction de leur âge, et que sur un tas de choses il n’y a même pas des différences si profondes ou insurmontables. D’ailleurs, ça peut aussi aider pour réfléchir sur son propre passé et futur, ainsi que sur comment le présent peut façonner la mentalité, les idées et les attitudes des individus.

Un peu plus loin que ces spéculations philosophiques, la naïveté, la spontanéité et même la fermeté de ces adolescents m’a beaucoup frappé, et souvent très amusé. En même temps, je me suis rendu compte à quel point il peut être difficile pour des jeunes de cet âge de se rapprocher des autres et même, je dirais, de soi-même. Et de comment, donc, il est indispensable qu’il y ait des gens qui aient l’envie et l’intérêt de les soutenir dans leur parcours de construction, sans trop les canaliser dans des modèles prédéfinis de comportements, mais aussi en cherchant à leur transmettre des sentiments positifs concernant notamment leur sociabilité. J’étais donc également heureux de découvrir qu’il y ait encore des adultes qui s’engagent de manière passionné dans ça.

Donc, pour moi la semaine des langues a été aussi l’occasion de pouvoir observer un nouveau milieu et de m’y rapprocher. En tant qu’ancien (et je crois futur aussi) étudiant de langues, je me suis rendu compte que de part cet apprentissage on peut bien ouvrir son regard sur un horizon plus vaste, ce que je trouve fort utile quant à avoir un choix plus large d’idées et des sentiments pour  la construction de sa propre personnalité.

Processed with VSCO with c1 preset

A road trip to Digne les Bains

Publié le Mis à jour le

digne-1

Today is a good sunny day for a road trip to visit EVS (European Volunteer Service) in the nearby city. The journey takes about 1.40 hour drive from Marseille with beautiful scenery of leaves changing from green to yellow and red, the mountain of rock and blue sky.

The place I visited today is called “La Sympathie”. This is a private organization which  is supported by the city itself. This place has a history back in 1950s where it used to be a center for retired solider who has been dedicated their life for the country. In 1998, the building has been bought by the city and turned to a leisure center for children. Here, there is ‘no school ‘on Wednesday so the city thinks it will be useful to have a place where children can do activities and learn with friends, while their parents are working during the day. Most of the staffs here are interns (university students on social studies) and volunteers from the area and other European countries. The children who attend this place are mostly from age of 5-12, although in France they start from 3 years old onward. They will do activities together by age group, for example activities on creative thinking. Children are joining from the morning, having lunch together and staying until parents pick them up after work.

digne-2

In this organization, they is two EVS volunteers sent by PSM working here. One is from Greece, Andriana, and another from Sicily (Italy), Anita. Both are joining the same program for 1 year to spend time in France and work with this selected organization. They are working 35 hours per week according to the laws. How does the works divide? It depends on the organization. Here, they are working 3 days with 12 hours shift. The rest of the week will be according to each dream.

Andriana has come to France with a journalist and literature degree and her main goal is to learn French language, in which she is getting better every day. She loves to travel and she has time with an opportunity to do so and do it alone most of the time. Travelling alone and act like a local is her strategy to meet new people and to learn from the culture. She would like to stay longer in France after completing the program and join service civique to continue her dream.

Anita, who has studied communication in media institution, joined this program because she loves children as a starting point, and also France that she has already visited before. She likes to spend time with her family, cooking and staying put. She wants to pursue her study of social worker in this country.

Overall, both of them have followed their dream with a contribution to the society.

This was a testimony from Parin, job-shadower from Thailand. Find out more about her experience in here!